Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre les Mary-Sue (Gary-Stu)

18 Janvier 2013 , Rédigé par Amandine L. Publié dans #Astuces

Mary-Sue, au masculin Gary Stu, est un terme péjoratif donné à un personnage de fiction représenté d'une manière idéalisée, sans défaut notable. [...] Ce qui distingue la Mary-Sue est la pureté de son caractère fantasmatique et la sur-identification de l'auteur avec son personnage. Une Mary-sue a toujours raison et est toujours appelée à un destin grandiose finissant de manière épique. On trouve plus facilement des Mary-Sue de sexe féminin que masculin.

Wikipédia - Mary-Sue

Nous allons nous intéresser aux Mary-Sue, et plus rarement au Gary-Stu. Ces personnages "trop parfaits" sont, de façon général, crée par l'auteur sans savoir que son personnage est trop idéalisé, trop irréaliste. Car il est important pour un bon écrivain d'avoir des personnages différents et qui ne collent pas à tous les clichés que l'on rencontre actuellement dans certains romans.

Pourquoi un auteur crée-t-il des Mary-Sue ?

Généralement, ce n'est pas voulu et c'est par maladresse. En effet un écrivain aura tendance à mettre de lui dans ses personnages. Rassurez-vous, ceci est normal et mêmes les plus grands auteurs laissent une petite - parfois infime - partie d'eux-mêmes dans un de leur personnage. Là où cela ne va pas, c'est quand il y a un abus. Ainsi, en tant qu'auteur, nous auront tendance à créer des personnages calqués sur nous-mêmes. Par exemple, il partagera les mêmes loisirs, les mêmes croyances (religieuses, politiques, humanistes), les mêmes passions et cela peut même aller jusqu'à une forme idéalisée de son nom et son aspect physique. L'auteur créera dans son personnage un "moi parfait", en quelques sortes. C'est un des types de Mary-Sue que l'on rencontre beaucoup et qu'on appelle communément "SI" (Self-Insert). En revanche, ce n'est pas le cas le plus important. Là où cela devient un problème, c'est lorsque notre personnage a tout pour être le plus beau, le plus parfait, le plus brillant. Par exemple une beauté surhumaine que l'auteur mettra en avant durant tout le roman, des pouvoirs extraordinaires, une destinée heureuse sans obstacles (où avec obstacles mais qu'il franchira en ressortant indemne, un peu comme dans les romans de chevaleries). On rencontre tout un tas de procédés assimilés à des Mary-Sue. Certains sont très, très courants : l'auteur insiste sur un passé tragique de son héros, avec drames sentimentaux et familiaux afin que le lecteur plaigne le personnage ; le héros passe son temps à se sacrifier et parfois inutilement.

Bref, je pense que vous avez maintenant compris le principe d'une Mary-Sue.

Comment déceler une Mary-Sue ?

Après avoir lu ces lignes, je suppose que vous vous demander comment déceler une Mary-Sue, chose parfois difficile. Je vous propose un test que j'ai moi-même crée en m'inspirant de plusieurs questionnaires sur le net.

Chaque réponse positive vaut le nombre de points indiqué entre parenthèse. Le résultat est à la fin. N'hésitez pas à donner vos résultats à la fin :)

/!\ Mise en garde : même si votre personnage apparaît comme étant une Mary-Sue, cela ne signifie pas obligatoirement qu'il est mauvais, loin de là. Un texte bien écrit mais avec des Mary-Sue peut être meilleur qu'un texte bâclé sans Mary-Sue.

Ce test peut-être long, prenez un peu de temps devant vous pour le faire.

Il est accessible sur Google Docs. Pas besoin de téléchargement ni d'inscriptions.

Accéder au test.

Partager cet article

Commenter cet article